Les tempêtes du printemps 2020 ont causé plus de dommages que celles de 2019

Les tempêtes Ciara, Dennis et Jorge ont provoqué un pic dans le nombre de sinistres au printemps 2020. Après seulement un trimestre, 2020 comptait déjà plus de dégâts de tempête dans les entreprises que sur l'ensemble de 2019, selon une analyse de Vanbreda Risk & Benefits. « Cela confirme une tendance », déclare Liesl Robbe, Deputy Director Claims Management chez Vanbreda. « Au cours des trois dernières années, nous avons constaté une nette augmentation du nombre de sinistres dus aux tempêtes. 45 % des sinistres signalés à notre service des sinistres au cours du premier trimestre 2020 étaient dus à une tempête, contre 35 % au cours du même trimestre en 2019 ».

Les tempêtes du printemps 2020 ont causé plus de dommages que celles de 2019

Au cours du premier trimestre 2020, Vanbreda Risk & Benefits a une fois de plus fait état d’une forte augmentation du nombre de sinistres causés par une tempête. Les trois tempêtes qui ont frappé notre pays en février 2020 ont notamment entraîné un pic important du nombre de dommages pour les entreprises. Au premier trimestre, Vanbreda a déjà compté plus de sinistres dans les assurances Property dus à la tempête que pour l’année 2019 entière. Par ailleurs, le nombre de dégâts de tempête au cours du premier trimestre 2020 représentait 82 % du nombre total de dégâts de tempête cette année-là. En conséquence, les tempêtes figurent parmi les cinq premières causes de dommages Property. Il est important de noter que les tempêtes ne sont acceptées comme cause d’un sinistre dans les assurances qu’une fois que le vent a atteint une certaine vitesse.

« Par le passé, le nombre de dégâts de tempête a également augmenté, mais cette fois, c’est différent : 2020 était déjà la troisième année consécutive avec beaucoup de dégâts », analyse Liesl Robbe, Deputy Director Claims Management chez Vanbreda.

Saison des tempêtes récurrente

Les tempêtes comme Ciara font que de plus en plus d’entreprises et de particuliers se rendent compte qu’une saison des tempêtes récurrente ne se limite malheureusement pas à des régions comme les États-Unis. Sur le nombre total de déclarations déposées auprès de Vanbreda, les dégâts de tempête ont représenté 11 % de tous les sinistres de 2015 au premier trimestre 2020. « Sur la base des rapports sur les risques, le secteur des assurances s’attend à ce que l’impact financier des dommages causés par les tempêtes puisse atteindre environ 20 % du total des dommages Property dans les années à venir. L’Europe en particulier sera affectée par ce changement », déclare Liesl Robbe. 

IMPORTANCE DES DÉGÂTS DE TEMPÊTE*.
Dégâts des eaux 23 %
Collisions 20 %
Dégâts de tempête 11 %
Tous risques électroniques 8 %
Bris de machines 6 %

*Par rapport au total des déclarations dans les polices Property des entreprises assurées via Vanbreda Risk & Benefits de 2015 à 2020.

Une meilleure sensibilisation

Les récentes tempêtes du printemps ont fait l’objet d’une grande attention de la part des médias et, dans un passé un peu plus lointain, la tempête du festival de musique Pukkelpop a également sensibilisé le public. Néanmoins, la sensibilisation est nécessaire pour couvrir correctement le risque accru, pense Hilde Janssens, Executive Claims Advisor chez Vanbreda. « Pour les risques privés, les dégâts de tempête sont assurés depuis longtemps pour la totalité du capital assuré. Ce n’est généralement pas le cas pour l’assurance des entreprises. Il n’est pas rare qu’une limite d’indemnisation de 10 % du capital assuré soit fixée comme couverture standard. Cela signifie que si votre bâtiment vaut 1 million d’euros, l’assurance indemnisera les dégâts de tempête jusqu’à 100 000 euros au maximum. Nous examinons comment cette limite d’indemnisation peut être augmentée en fonction du risque des constructions. Les constructions ouvertes telles que les auvents constituent par exemple un risque accru. Ils sont plus sensibles aux tempêtes, mais ne sont pas automatiquement couverts. Il est important d’en faire un sujet abordable ».

Averse de grêle

« Il est également conseillé de surveiller les biens ou installations qui se trouvent en plein air sur les terrains de l’entreprise. Il n’y pas non plus de couverture standard pour cela en cas de tempête. Et tout comme les rafales de tempête, de fortes chutes de grêle peuvent également se produire pendant une telle tempête, les verrières des bâtiments d’entreprise étant alors plus susceptibles d’être endommagées. Cela nécessite non seulement une couverture pour la tempête et la grêle, mais aussi une garantie supplémentaire pour les bris de vitrage dans les polices d’assurance des entreprises », souligne Hilde Janssens.

« Bon nombre de ces limitations spécifiques dans la couverture d’assurance habituelle contre la tempête et la grêle requièrent l’attention et l’expertise nécessaires. Nous allons en discuter avec les entreprises et les assureurs afin de trouver des solutions d’assurance appropriées. Les solutions possibles sont une combinaison de mesures préventives en cas de prévision de rafales de tempête et une couverture d’assurance sur mesure ou des garanties supplémentaires spécifiques ».

Liesl Robbe
Hilde Janssens

Nous sommes là pour vous.

Inscrivez-vous à notre newsletter.