Mobilité : Comment assurer une flotte qui est de plus en plus à l'arrêt ?

À l'heure où les voitures des télétravailleurs sont de plus en plus souvent inutilisées, la question de savoir si les entreprises doivent continuer à assurer leur parc automobile de manière traditionnelle se pose. Des solutions alternatives à l'assurance auto omnium font leur apparition. Nos experts en assurance, Vicky Vandergeeten et Vincent Sandra, les expliquent dans cet article.

Mobilité : Comment assurer une flotte qui est de plus en plus à l’arrêt ?

Dans les statistiques de Vanbreda Risk & Benefits, la tendance ne peut être ignorée : en 2020, les premiers mois de confinement ont été caractérisés par une forte baisse du nombre de sinistres impliquant des véhicules de société. Dans la période post-coronavirus, le chômage temporaire sera moins important et le secteur des transports est également un facteur relativement stable. En revanche, la crise du coronavirus a incité de nombreuses entreprises à réfléchir activement à leur politique de mobilité. Un des éléments de cette analyse est le constat que le télétravail, par exemple, devient un élément qui influencera durablement le nombre de déplacements et donc le nombre de sinistres.

Nouvelle mobilité

Cette évolution incite les entreprises à réfléchir à la manière dont elles doivent assurer une flotte davantage à l’arrêt. Même avant Covid-19, les départements RH et les gestionnaires de flotte ont commencé à réfléchir à la mobilité du futur. « Traditionnellement, le Belge avait non seulement une brique dans le ventre, mais aussi une voiture de société », explique Vicky Vandergeeten. « La nouvelle génération de travailleurs envisage progressivement la mobilité de manière différente : quel est le moyen le plus rapide d’aller du point A au point B ? Que cela se fasse en voiture ou avec une trottinette électrique partagée est un peu moins important. Ce mouvement, qui considère les déplacements domicile-travail de manière plus large que la voiture de société, a en soi un impact sur les risques que vous devez couvrir. »

Libre choix vis-à-vis de l'omnium

Si nous examinons maintenant comment les entreprises assurent spécifiquement leur flotte de voitures, les possibilités d’une assurance omnium sont souvent méconnues. La formule classique selon laquelle les entreprises, en plus de l’assurance RC obligatoire pour les dommages aux tiers, font également assurer les dommages causés à leur propre véhicule, est détrônée par d’autres formes de financement/d’assurance. Il est intéressant d’examiner, sur la base des statistiques de sinistres, quelle formule omnium offre la meilleure solution pour une entreprise. « Est-il nécessaire de couvrir chaque euro en omnium ? Cela peut aussi être l’inverse ou partiellement l’inverse », précise Vincent Sandra. « Dans la forme la plus poussée, la compagnie elle-même couvre tous les sinistres qui seraient autrement couverts par la couverture omnium. En pratique, dans un tel scénario, le règlement ne passe pas par un assureur, mais par le courtier. »

Alternative via stop-loss

Dans ce type de financement des risques, c’est l’entreprise elle-même qui supporte le risque. La solvabilité de l’entreprise et la stabilité des statistiques de sinistres sont des paramètres déterminants dans ce cas. Entre l’assurance omnium et un régime sans assurance, il existe bien sûr des solutions intermédiaires comme l’assurance stop-loss. À partir d’un volume de 200 à 300 véhicules, cela offre des possibilités intéressantes. Dans tel cas, l’entreprise prend elle-même en charge les éventuels sinistres jusqu’à un certain plafond et fait couvrir par une assurance omnium tous les sinistres dépassant ce plafond. « En fonction de la solution choisie, vous pouvez affiner la couverture sur base du profil de risque, par exemple en n’assurant que les dommages causés par la grêle, en assurant les véhicules qui sont garés à un seul endroit, etc. », explique Vicky Vandergeeten. « Se concentrer sur les solutions qui conviennent à votre entreprise permet de réaliser des économies dans le cadre du financement des risques. »

Plus de sensibilisation et moins de taxes

« Lorsque nous appliquons le stop-loss, nous constatons chez Vanbreda que le système génère certains effets frappants », poursuit Vincent Sandra. « Il s’avère être un stimulant positif pour de nombreuses entreprises les poussant ainsi à réfléchir très activement à limiter leur nombre de sinistres. On pense notamment à des mesures de prévention ou une car-policy adaptée. Chaque accident évité se traduit directement dans les bénéfices de l’entreprise. En outre, votre entreprise réalise également des économies sur le plan fiscal, car elle n’a pas à payer des taxes d’assurance d’élevant à 26,75 % en omnium sur le montant pour lequel vous assumez vous-même le risque. »

Plus de travail pour le gestionnaire de flotte ?

De nombreux gestionnaires de flotte se demandent si cette approche, par laquelle l’entreprise elle-même prend plus de risques, n’entraîne pas une augmentation significative de leur propre charge de travail. Dans la pratique, cependant, la majeure partie du travail passe de l’assureur au courtier et donc pas au client. Les outils en ligne tels que VanbredaConnect offrent la possibilité de suivre les dommages et les contrats. « Les interfaces permettent de communiquer par voie numérique à propos des modifications de la flotte », explique Vicky Vandergeeten. « Le gestionnaire de flotte peut regarder par-dessus l’épaule du courtier. Les données qu’il saisit, par exemple le changement de conducteur, entrent immédiatement dans l’outil et évitent de très nombreux courriers. Des liens avec le logiciel de flotte d’une entreprise sont également parfaitement possibles. En outre, l’entreprise reçoit régulièrement des rapports : quels sinistres ont été payés, qu’est-ce qui a été récupéré auprès des parties adverses, quelle est la situation du stop-loss ? Ce sont des questions auxquelles les gestionnaires de flotte peuvent facilement obtenir une réponse, ce qui leur permet également de se décharger du travail nécessaire en optant pour une méthode d’assurance alternative. »

Vicky Vandergeeten
Vincent Sandra

Plus d'informations?

Vous souhaitez obtenir plus d’informations ou des conseils personnalisés pour votre flotte d’entreprise ? N’hésitez pas à contacter nos collègues à l’adresse vicky.vandergeeten@vanbreda.be ou vincent.sandra@vanbreda.be ou flotte@vanbreda.be.

N’oubliez pas non plus de télécharger notre whitepaper gratuit sur la mobilité dans notre centre de connaissances.

Inscrivez-vous à notre newsletter.