Des centaines d'entreprises s'assurent contre les risques cybernétiques

En 2016, le nombre d'entreprises assurées contre les risques cybernétiques a progressé de plus de 400 % par rapport à 2015, comme l'indiquent les chiffres de Vanbreda Risk & Benefits. D'après nos spécialistes, il s'agit d'une évolution positive dans la mesure où le portefeuille d'assurances actuel de nombreuses entreprises ne leur offre pas une protection suffisante contre ces nouveaux risques omniprésents.

Des centaines d’entreprises s’assurent contre les risques cybernétiques

Gerrit Mets, spécialiste de la cybersécurité chez Vanbreda: « La cyberassurance a connu un véritable essor en 2016. Si quelques dizaines d’entreprises à peine s’assuraient contre les risques cybernétiques en 2014 et en 2015, elles étaient déjà plusieurs centaines à le faire en 2016. »

Les entreprises qui souscrivent une police de cyberassurance sont de toutes envergures (des plus grandes aux plus modestes) et de tous secteurs, comme l’explique Jan Van Hecke, spécialiste de la cybersécurité et directeur adjoint chez Vanbreda: « Il peut s’agir d’établissements financiers, d’hôpitaux ou de magasins de détail, mais aussi d’entreprises de production, d’entreprises de construction, de sociétés de transport, de cabinets de notaire et d’avocat ou encore d’entreprises de travail adapté. Il est somme toute logique qu’un nombre croissant d’entreprises cherchent à s’assurer contre la cybercriminalité, au vu de l’importance que revêt désormais leur système informatique. Celui-ci peut toujours être victime d’une cyberattaque susceptible de paralyser les activités de l’entreprise et de lui faire essuyer d’énormes pertes financières. »

Des bandes organisées disposant d'une centrale téléphonique

D’après Gerrit Mets, l’engouement dont fait l’objet la cyberassurance s’explique avant tout par la multiplication des affaires de cybercriminalité. « Les pirates informatiques agissent dorénavant en bandes parfaitement organisées. Certains groupements disposent même d’un centre d’appels et mettent en place une forme de “hacking à la demande”. Par ailleurs, à mesure que les cas de piratage informatique se retrouvent au-devant de l’actualité, les entreprises prennent conscience de cette problématique. Elles sont également de plus en plus nombreuses à se rendre compte, de manière directe, de leur vulnérabilité face à la cybercriminalité : à l’heure actuelle, les pare-feux de tout système informatique sont assaillis de virus et d’e-mails hameçons. Nous constatons aussi que de plus en plus d’entreprises se tournent vers nous parce qu’elles comprennent bien que leur portefeuille d’assurances actuel ne tient pas suffisamment compte des répercussions financières de la cybercriminalité. »

Du reste, l’adoption du nouveau règlement européen sur la protection des données (Règlement général sur la protection des données – RGPD) explique aussi certainement le succès de la cyberassurance. Gerrit Mets: « Cette législation, applicable à partir de 2018, assortit d’une série de normes strictes le traitement de données à caractère personnel. Les entreprises ne disposent plus que d’un délai d’un an pour se conformer aux dispositions de ce règlement. En cas de non-respect, elles pourront se voir infliger de lourdes sanctions financières, allant jusqu’à 4 % de leur chiffre d’affaires total. Comme ce risque est également pris en compte dans la cyberassurance, nous tablons sur une nouvelle hausse du nombre d’entreprises qui souscriront une police de ce type courant 2017. »

Des primes bon marché

Jan Van Hecke estime que le marché des assurances est prêt à protéger les entreprises contre les risques cybernétiques. D’autant plus que pour celles-ci, il est particulièrement intéressant de contracter une police de ce type actuellement. « En ce moment, les primes d’assurance sont très intéressantes, notamment grâce à la concurrence que se livrent les assureurs (pressés de conquérir des parts de marché) et à l’absence de statistiques fiables en matière de sinistres dans ce domaine. Toutefois, dès que le marché sera assez mature pour disposer de premières statistiques et que les assureurs auront acquis suffisamment de parts de marché, les primes d’assurance seront sans doute revues à la hausse. Voilà pourquoi il vaut mieux souscrire sans tarder. »

Nous sommes là pour vous.

Vanbreda Risk & Benefits se fera un plaisir de vous expliquer comment protéger votre entreprise contre les risques cybernétiques. Vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante: cybersecure@vanbreda.be. Vous trouverez également de plus amples informations à propos de nos solutions de cyberassurance sur notre site web.

Inscrivez-vous à notre newsletter.