Épargne-pension individuelle en 2018: faut-il opter pour 960 EUR ou 1 230 EUR?

Depuis 2018, le régime de l’épargne-pension individuelle a été étendu. Il est désormais possible de choisir de verser un montant de 1 230 EUR par an en tant qu’épargne-pension individuelle, avec une réduction d’impôts de 25% à la clef. À titre de comparaison: le régime existant (qui est également maintenu) permet de verser une prime annuelle de 960 EUR maximum, et donne droit à une réduction d’impôts de 30%.

Épargne-pension individuelle en 2018: faut-il opter pour 960 EUR ou 1 230 EUR?

Quel système est le plus avantageux?

Si l’on souhaite limiter sa prime à 960 EUR par an, mieux vaut opter pour le système existant, dans lequel la réduction d’impôts de 30 % est appliquée à la prime versée annuellement.

Si l’on souhaite payer une prime supérieure à 960 EUR, un montant jusqu’à 1 230 EUR peut être versé avec une réduction d’impôts de 25%.

D’un point de vue fiscal, il n’est cependant pas intéressant de payer un montant inférieur à 1 152 EUR. Le petit exemple chiffré suivant (cf. le tableau) montre que votre avantage fiscal ne devient équivalent à celui de l’épargne-pension à concurrence de 960 EUR qu’à partir d’une cotisation de 1 152 EUR.

Par conséquent, il est conseillé d’effectuer un versement d’au moins 1 152 EUR par an si l’on opte pour le nouveau système, afin que l’avantage fiscal soit au moins équivalent à celui du système existant. Force est cependant de constater qu’au-delà des 1 152 EUR, l’avantage fiscal additionnel est très limité au regard de la majoration considérable de la prime.

Il peut être intéressant de se limiter à un contrat d’épargne-pension individuelle à concurrence de 960 EUR, et de souscrire à titre complémentaire une assurance épargne à long terme qui donne droit à une réduction d’impôt de 30%.

Inscrivez-vous à notre newsletter.