Faites de l'affacturage un atout pour vos liquidités

Le retard ou le non-paiement des factures impayées expose les entrepreneurs à des problèmes de liquidités. L'affacturage peut être une bonne solution à ce problème courant. Comment cette technique fonctionne-t-elle exactement ? À qui convient-elle ? Et quelles sont les conditions y afférentes ? Jean Guinée, administrateur délégué de Vanbreda Credinco, courtier spécialisé en assurance-crédit et en affacturage, explique.

Faites de l’affacturage un atout pour vos liquidités

Qu'est-ce que l'affacturage ?

L’affacturage est un service financier par lequel une entreprise « cède » en quelque sorte ses factures à un tiers, le « factor ». « L’affacturage se compose de trois services de base parmi lesquels le client peut choisir », explique Jean Guinée. « Le premier service est l’administration complète et le suivi des factures, où une entreprise externalise sa gestion du crédit. Dans de nombreuses entreprises, il s’agit d’un processus long et difficile ; pour un factor, il s’agit d’une activité essentielle. Le deuxième service est que le factor peut payer des avances sur les factures impayées. En règle générale, l’avance se situe entre 75 et 95 % du montant de la facture. C’est aussi la partie la plus connue de l’affacturage. Et comme troisième service, le factor fournit également une protection contre l’insolvabilité pour les factures impayées. Cela signifie que la société d’affacturage paiera la facture en souffrance même si le client final est en défaut. Le risque de crédit est donc entièrement transféré au factor. »

Fonds de roulement indispensable à toute entreprise

Le grand avantage de l’affacturage est qu’il permet à une entreprise d’optimiser sa position débitrice. Le fonds de roulement nécessaire ne reste pas bloqué dans les factures impayées. « En effet, vous ne devez pas attendre que votre débiteur paie pour utiliser les fonds bloqués pour la croissance de votre entreprise. Par exemple, le paiement des fournisseurs ou le respect de vos obligations fiscales », explique Jean Guinée. « Ne sous-estimez pas non plus l’impact des factures impayées. On considère généralement qu’environ un quart des faillites en Belgique sont dues à des clients mauvais ou non-payeurs. Un autre avantage est que le financement par affacturage évolue en même temps que votre chiffre d’affaires, ce qui est différent d’une ligne bancaire, par exemple. En règle générale, on parle d’une ligne de crédit avec un maximum fixe. »

Jean Guinée donne un exemple de la rapidité avec laquelle une entreprise peut être dépassée par les problèmes de liquidités. « Supposons que vous ayez un client avec 100.000 euros de créances en souffrance qui ne sont pas payées et que vous ayez une marge de 10 % dans votre entreprise. Dans ce cas, il faut déjà générer un million d’euros de chiffre d’affaires supplémentaire pour compenser cette perte. »

Délai d'exécution nouveau dossier

Vanbreda Credinco travaille en tant que courtier avec les différentes sociétés d’affacturage. « Le lancement d’un dossier va toujours de pair avec une étude de marché approfondie, une ou plusieurs conversations avec le client et une demande d’offres. En général, le démarrage est réglé dans les deux mois », précise Jean Guinée, « et ce, dans le cas précis où nous devons également fournir un financement, car un comité de crédit est alors impliqué. Si une entreprise choisit uniquement l’assurance insolvabilité ou le suivi des débiteurs, les choses vont souvent beaucoup plus vite. »

Coût de l'affacturage

En ce qui concerne le coût de l’affacturage, il se compose en gros de deux éléments. Jean Guinée : « Le premier est un pourcentage sur le chiffre d’affaires. Cela dépend en grande partie des services choisis, du chiffre d’affaires que l’entreprise génère, du nombre de factures qu’elle envoie, etc. Nous vérifions également le compte historique des pertes. L’entreprise a-t-elle une longue liste de mauvais payeurs ? Alors, bien sûr, le risque est plus grand et cela se reflète également dans le prix. La deuxième composante est l’intérêt sur le financement qui est effectivement prélevé. Plus il y a d’argent prélevé sur la ligne de crédit, plus ce montant sera élevé. La tarification est toujours personnalisée ; Il n’y a donc pas de prix standard. »

Populaire dans les secteurs à fluctuations saisonnières et à croissance rapide

En principe, tout secteur B2B qui travaille avec des factures recouvrables est éligible à l’affacturage. Jean Guinée : « Bien sûr, nous observons certaines tendances. Dans les secteurs où il y a beaucoup de fluctuations saisonnières, par exemple, l’affacturage est une technique particulièrement intéressante. Des exemples typiques sont le textile, les transports, les services, le commerce, les grossistes, les armateurs, l’imprimerie, l’informatique, etc. »

Et last but not least : Un factor choisira généralement de prendre en charge l’ensemble du portefeuille de factures. Jean Guinée : « Des exceptions à cette règle sont possibles et sont toujours déterminées en concertation avec le client. En concertation avec l’entreprise, le factor peut se limiter à un certain pays (pour les entreprises exportatrices), à une filiale ou à une ligne de produits, par exemple. Une bonne communication et de bons accords garantissent un partenariat étroit avec le client. »

Jean Guinee

Plus d'informations ?

Vous souhaitez obtenir plus d’informations ou des conseils personnalisés pour votre entreprise ? N’hésitez pas à contacter nos experts.

Inscrivez-vous à notre newsletter.