L’assurance vol pour les bijoutiers: la pierre angulaire de la prévention

En août 2017, Vanbreda Risk & Benefits a fait état dans la presse nationale de nouvelles positives: « Le nombre d’agressions commises sur des bijoutiers en Belgique et aux Pays-Bas est passé de 87 à 12 entre 2011 et 2016. » D’après Nick Van den Broeck, expert en assurances bijoutiers chez Vanbreda, cette forte baisse est due aux efforts soutenus du secteur en matière de prévention ciblée. La vigilance reste cependant de mise : les bandes criminelles sont toujours plus inventives. Une assurance vol de qualité et spécialisée est indispensable à tout bijoutier.

L’assurance vol pour les bijoutiers: la pierre angulaire de la prévention

La prévention est d’argent

Les années 80, ainsi que le début des années 90, ont été caractérisées par un nombre considérable d’effractions dans le secteur bijoutier. À l’époque, la principale cause de ce nombre élevé était le manque de prévention. Les bijoutiers, en collaboration avec le secteur des assurances, ont réagi et, à l’heure actuelle, il est impensable qu’un bijoutier ne dispose pas de la moindre forme de prévention ou d’alarme.

« Nos connaissance et expérience nous permettent d’assister nos clients en ce qui concerne la prise de mesures préventives », déclare Nick Van den Broeck. « Nous estimons qu’il n’existe pas de solution globale standard en matière de sécurité. Ce n’est pas réaliste. Chaque boutique, chaque gérant est différent et requiert des points d’attention singuliers. En outre, tout le monde n’est pas capable de mettre toutes les mesures en œuvre, que ce soit sur le plan financier ou technique. C’est pourquoi nous travaillons toujours sur mesure et examinons chaque cas individuellement. »

« En revanche, nous appliquons quelques directives établies. Ainsi, un système d’alarme avec renvoi vers un central est obligatoire. En outre, nous recherchons un concept global réalisable où, après détection (alarme) des intrus, il y aurait encore suffisamment d’obstacles mécaniques pour les ralentir. »

Un bon plan de prévention est donc essentiel, mais pas toujours salvateur. Les criminels sont de plus en plus innovants et recherchent de nouvelles méthodes d’action. C’est pourquoi une bonne assurance vol, combinée à la prévention, reste indispensable.

L’assurance est d’or

Si la prévention échoue ou si les criminels parviennent à la contourner habilement, il faut pouvoir compter sur l’assurance. « De bons accords évitent des surprises désagréables en cas de vol ou de sinistre », explique Nick Van den Broeck. « Tout comme le plan de prévention, chaque police est rédigée sur mesure sur la base du cas individuel du bijoutier. »

Le premier point d’attention porte sur les montants assurés. Si, au moment du sinistre, le capital est supérieur au capital mentionné dans la police, nous avons affaire à une sous-couverture. Dans ce cas, l’assureur appliquera la règle de proportionnalité et n’indemnisera le sinistre que proportionnellement. Il est donc essentiel de reprendre les capitaux exacts dans la police et de prévoir des marges éventuelles pour éviter la sous-couverture. « Dans nos polices, par exemple, nous prévoyons gratuitement une variation saisonnière de 10 %. Elle devrait suffire à compenser le stock légèrement plus élevé des mois de novembre et décembre », explique Nick Van den Broeck.

Le mode d’indemnisation est un deuxième point d’attention important. Par défaut, vous êtes assuré pour la valeur d’achat originale des bijoux. Cependant, il est également possible d’assurer la valeur de remplacement. Cela peut s’avérer plus avantageux pour le bijoutier, par exemple lorsque le prix de l’or a fortement grimpé en peu de temps. En effet, une indemnisation de la valeur d’achat originale ne lui permet pas, à ce moment-là, de racheter de bijoux comparables. « C’est l’un de mes chevaux de bataille personnels », renchérit Nick Van den Broeck. « J’ajoute presque systématiquement une clause aux contrats de mes clients, laquelle stipule que le client peut opter, lors d’un sinistre, pour une indemnisation soit de la valeur d’achat, soit de la valeur de remplacement. »

Dans le prolongement du mode d’indemnisation, il est important également de convenir préalablement d’accords clairs avec l’assureur concernant l’administration du stock et de les fixer dans la police. En effet, au moment du sinistre, il faut pouvoir démontrer l’ampleur du sinistre au moyen de cette administration. « C’est principalement avec les orfèvres qu’il y a lieu de convenir d’accords supplémentaires, tandis qu’il est assez facile de déterminer la valeur pour un bijoutier de détail », affirme Nick Van den Broeck.

Outre ces points d’attention essentiels, il est possible d’établir une police « sur mesure » de différentes manières, en accord avec le courtier. Il est bien de savoir que certaines interventions influencent favorablement la prime. En voici des exemples concrets:

  • Limite de la couverture au braquage et à l’effraction et exclusion de la disparition pure (échange)
  • Plafonds d’intervention
  • Relèvement de la franchise par défaut

Nous sommes là pour vous.

Inscrivez-vous à notre newsletter.