Le nombre d'accidents de vélo lors des déplacements domicile-lieu de travail a doublé

Aujourd'hui, les pouvoirs publics et les employeurs promeuvent fortement l'utilisation du vélo pour les déplacements domicile-lieu de travail. Cependant, cette médaille a son revers : le nombre d'accidents sur le chemin du travail est en hausse et le taux d'accidents à vélo augmente en outre de façon exponentielle. Quelle en est la cause ? Comment pouvez-vous intervenir en tant qu'employeur ?

Le nombre d’accidents de vélo lors des déplacements domicile-lieu de travail a doublé

Les accidents de vélo en chiffres

Une étude de Vias (l’ancien Institut belge pour la sécurité routière) sur les accidents de vélo à Bruxelles indiquait déjà une hausse importante du nombre d’accidents impliquant des cyclistes en 2017. L’année passée, le bureau central des statistiques néerlandais a même constaté plus de décès à vélo qu’en voiture.

Une analyse des accidents sur le chemin du travail dans notre propre portefeuille a également révélé que le nombre d’accidents de vélo a fortement augmenté ces dernières années. Nous nous sommes intéressés aux chiffres concrets de quelques-unes de nos grandes entreprises clientes qui sont toutes assurées chez le même assureur accidents du travail spécialisé. Notre échantillon comprend plus de 15 000 collaborateurs.

Le tableau ci-dessous montre que le nombre d’accidents de vélo dans notre échantillon a doublé depuis 2013. Cette hausse se manifeste presque exclusivement entre 2016 et 2017. Par ailleurs, il apparaît clairement que le nombre d’accidents de vélo représente un pourcentage plus important dans le nombre total d’accidents de la route. En 2013, ce pourcentage s’élevait encore à 34 %, tandis qu’il était de 43 % l’année passée.

Ce constat au sein de notre propre portefeuille est confirmé par les assureurs accidents du travail. Il ressort de leur portefeuille global que le nombre d’accidents de vélo a augmenté de 25 % en 2017 par rapport à 2016. De ce fait, les coûts pour les assureurs ont augmenté de près de 30 %.

Comment expliquer la hausse des accidents de vélo ?

De plus en plus de collaborateurs et d’entreprises achètent des vélos électriques pour faire la navette. L’utilisation et la vitesse du vélo électrique accroissent le risque d’accident.

Axel De Lamper, Senior Product Manager Accident chez Vanbreda Risk & Benefits : « Lorsque l’on pense aux déplacements à vélo, on pense traditionnellement à un vélo de course ou de ville, mais ce sont surtout les e-bikes et les vélos électriques qui connaissent un succès grandissant en Flandres depuis 3 ans. Ce n’est pas sans risque : les vélos motorisés sont souvent impliqués dans des accidents graves sur le chemin du travail. Nous avons relevé les premières déclarations d’accidents du travail impliquant un vélo électrique en 2017. Les victimes de ces accidents sont souvent incapables de travailler pendant une période prolongée, ce qui augmente considérablement les coûts liés à l’accident de vélo. »

Il y a encore d’autres causes – plutôt constantes – à l’origine de cette hausse. Une chaussée en mauvais état, des travaux routiers ou le manque d'(une bonne) infrastructure cyclable en sont quelques-unes. L’état du vélo, le comportement et la visibilité du cycliste et des autres usagers de la route dans le trafic sont également des facteurs influençant cette hausse. L’une des causes les plus courantes d’un accident de vélo est la présence d’une portière ouverte. Les conditions climatiques, comme le verglas, la pluie et le vent, peuvent également causer plus d’accidents.

Absence de politique cycliste appropriée

De nombreux employeurs encouragent les déplacements domicile-lieu de travail à vélo et offrent pour cela une indemnité vélo. Certains vont encore un peu plus loin et proposent même un leasing de vélo dans leur plan cafétéria. En pratique, nous remarquons toutefois que cette modification de la politique de mobilité n’est pas toujours soutenue par une politique cycliste appropriée.

Nous avons déjà tiré la sonnette d’alarme en ce qui concerne le besoin de prévention sur le chemin du travail (Vous trouverez ici l’article complet). Le navetteur à vélo, qui est encore trop souvent oublié, y mérite une attention particulière.

Impact des accidents de vélo sur l'employeur

Tant le collaborateur que l’employeur ont tout intérêt à limiter le nombre d’accidents de vélo sur le chemin du travail. Si le cycliste demeure bien entendu la première victime, l’employeur subit lui aussi les préjudices de ces accidents. Les frais liés à l’accident, le recrutement d’un remplaçant éventuel, mais aussi l’impact sur les statistiques sinistres sont parfois considérables. En outre, l’employeur prend intégralement en charge la prime pour la police d’accidents du travail. Au vu de l’évolution croissante du nombre d’accidents de vélo, les employeurs ont donc tout intérêt sur le plan financier à mieux protéger leurs collaborateurs.

Comment pouvez-vous contribuer activement à une meilleure sécurité à vélo en tant qu'employeur ?

Faites de la sensibilisation de vos collaborateurs à la sécurité à vélo une priorité absolue. Nous vous recommandons également de définir une politique cycliste, d’organiser un cours « rouler à vélo en toute sécurité » (grâce à un e-learning, par exemple), de proposer des contrôles et des réparations de vélo sur le lieu de travail, de contacter les pouvoirs publics pour signaler les situations dangereuses dans la circulation, de prévoir des installations pour les cyclistes (par exemple un parking pour vélos bien éclairé et fermé à clé, des douches et des vestiaires).

Axel De Lamper

Nous sommes là pour vous.

Vanbreda aide les employeurs qui constatent une hausse de leurs accidents sur le chemin du travail à identifier les points névralgiques et à établir un plan d’action concret. Il est utile d’examiner également la politique cycliste afin de définir ainsi des mesures de prévention supplémentaires.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter au 03 292 00 54 ou via AccHealth@vanbreda.be.

Inscrivez-vous à notre newsletter.