Montée en flèche des frais de réparation automobile: quel impact sur votre entreprise?

Sous l’impulsion des nouvelles technologies, les frais de réparation des voitures s’envolent. Assuralia et les réseaux de réparation ont cartographié leur évolution. À quoi ces frais de réparation élevés sont-ils dus? Quel est l’impact sur votre entreprise et votre prime d’assurance? Nous vous aidons volontiers à élaborer une police flotte plus moderne.

Montée en flèche des frais de réparation automobile: quel impact sur votre entreprise?

Entre 2006 et 2016, Assuralia rapporte une augmentation de 17% du coût global d’une réparation automobile (cf. tableau). Selon l’Association professionnelle des entreprises d’assurance, le prix des pièces a quant à lui augmenté de près de 30%, et le prix des produits employés pour le remplacement ou la réparation d’une pièce de 32 %. Autre chiffre frappant : la durée moyenne d’une réparation a diminué de 15%.

Innovation Group, qui est chaque année responsable de près de 500 000 réparations en Europe, constate une hausse encore bien plus importante du coût des pièces automobiles. Au cours de la période 2009-2017, le prix d’un pare-chocs a augmenté de 35%, celui d’un pare-brise de 30%, et tant les phares que les rétroviseurs coûtent désormais 106 % plus cher (cf. tableau).

Une enquête menée par Vanbreda auprès des principaux assureurs automobiles de Belgique confirme ces hausses de prix.

Quels facteurs influencent les coûts?

Plusieurs causes sont à l’origine de ces augmentations de prix:

  • Elles touchent particulièrement les véhicules plus récents, dont pratiquement chaque pièce dépend de la technologie moderne. Pensez par exemple aux détecteurs, aux caméras et aux radars installés dans les pare-chocs, les rétroviseurs, les poignées de portière et les vitres. Voilà pourquoi les pièces des véhicules plus récents coûtent plus cher que celles des véhicules plus anciens.
  • En outre, des pièces telles qu’un pare-chocs sont désormais conçues de telle manière que les phares, les feux-brouillard et les détecteurs, par exemple, y sont intégrés par défaut. Peter Verbraeken, CEO de la plate-forme de dommages en ligne UBench, commente: « Un pare-chocs équipé de détecteurs permet d’empêcher de nombreux sinistres. En revanche, des dégâts cosmétiques tels qu’un pare-chocs cabossé entraînent plus souvent le remplacement du pare-chocs tout entier – phares, feux-brouillard et détecteurs y compris. De plus, un véhicule plus complexe exige un réparateur plus spécialisé, ce qui se traduit par un coût plus élevé. » En raison de frais de réparation excessifs, les voitures d’une gamme inférieure sont aussi plus rapidement déclarés en perte totale après un incident.
  • Un deuxième facteur décisif consiste en l’emploi de plus en plus fréquent de l’aluminium de préférence à l’acier pour la carrosserie du véhicule. Entre 2009 et 2017, l’emploi de l’acier a diminué de 10% pour passer à 80% au total. En revanche, l’aluminium a augmenté de 3,5% pour atteindre 14% au cours de la même période, bien que ce matériau coûte de 30 à 35% plus cher.
  • Un troisième aspect réside dans le rapport entre le coût salarial et le temps de travail requis pour la réparation ou le remplacement d’une pièce. Grâce à l’emploi de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques, le travail est devenu plus efficace. Bien que la durée moyenne des réparations ait diminué, leur coût a tout de même augmenté. L’explication : le salaire horaire moyen a augmenté d’un cinquième.
  • Des modifications législatives, des normes sanitaires et une politique environnementale plus strictes affectent également le coût d’une réparation ou d’un remplacement. La peinture est ainsi plus souvent à base d’eau, ce qui réduit l’emploi de solvants nuisibles. Cela implique cependant une augmentation du prix de ces produits.
  • Selon Innovation Group, le marché des fournisseurs et des sous-traitants de pièces automobiles est plutôt limité, ce qui pousse les prix à la hausse. En outre, les fournisseurs collaborent de plus en plus souvent avec des constructeurs automobiles étrangers. En raison de cette extension géographique, principalement vers l’Asie, les frais de transport ont augmenté de 30 à 35%.

L’impact sur les entreprises et les assureurs

Outre la hausse générale des frais de réparation, le rapport annuel 2017 de l’institut Vias révèle que le nombre de sinistres et leur gravité demeurent considérables. Or, un sinistre grave va généralement de pair avec des coûts élevés.

Les frais de réparation et les coûts de sinistralité ont un impact important sur la charge de sinistre totale de votre entreprise, et donc sur votre prime d’assurance. En notre qualité de courtier, il nous incombe de limiter la charge de sinistre de nos clients. Nous le faisons principalement en mettant l’accent sur la prévention et en proposant des méthodes de réparation alternatives, comme Smart Repair. Vous trouverez plus d’informations sur Smart Repair ici.

Les assureurs automobiles aussi sont confrontés à la hausse des coûts des pièces automobiles et des réparations. La rétention des clients étant une de leurs priorités, ils trouvent également important d’endiguer l’augmentation des primes des assurances auto. C’est pourquoi ils mettent tout leur poids dans la balance pour s’opposer à de nouvelles hausses de prix de la part des constructeurs automobiles.

Erik Blankaerts

Nous sommes là pour vous.

Nous élaborons volontiers une police flotte en fonction des besoins de votre entreprise. Pour de plus amples informations, contactez-nous au numéro 03 217 55 07 ou par e-mail à l’adresse flotte@vanbreda.be.

Inscrivez-vous à notre newsletter.