Risques de l'impression en 3D : ces huit assurances vous protègent

L'impression en 3D remporte un franc succès au sein de notre économie. De plus en plus d'entreprises d'un nombre croissant de secteurs misent sur cette nouvelle technique de production. Dans cet article, nous vous présentons les huit assurances essentielles qui vous protègent contre les risques liés à l'impression en 3D.

Risques de l’impression en 3D : ces huit assurances vous protègent

L’impression en 3D ou Additive Manufacturing (AM) est le dénominateur commun des technologies qui permettent de créer des objets à l’aide de matériel de base par superposition de couches. Cette nouvelle technique de production présente certains avantages par rapport aux techniques traditionnelles. En revanche, elle expose également à plusieurs risques non négligeables.

Les avantages de l'impression en 3D

L’impression en 3D permet de concevoir un objet selon un procédé numérique à l’aide d’un logiciel. Une fois ce fichier numérique créé, il est possible de passer immédiatement à l’impression de l’objet. Ce procédé ne prend que quelques heures. Pour les séries plus limitées de produits complexes en particulier, des délais de production et livraison bien plus courts sont donc possibles.

La possibilité d’imprimer le projet numérique en un seul ensemble rend inutile l’intervention d’autres personnes telles qu’un opérateur de machine. Cela présente aussi l’avantage de pouvoir fabriquer des objets plus complexes que l’on ne pourrait pas produire avec des techniques conventionnelles (tournage, fraisage…) par exemple.

L’impression en 3D est également envisageable dans de nombreux secteurs. Pensez par exemple aux applications dans le secteur médical : appareils auditifs, semelles orthopédiques, prothèses, implants… ou encore à la présence de pièces imprimées en 3D dans les avions et voitures.

Les risques liés à cette nouvelle technique de production

La médaille de l’impression en 3D a cependant son revers. Il existe en effet divers risques liés à cette technologie. Vanbreda Risk & Benefits s’est penchée sur ces risques. Cette analyse a été réalisée en collaboration avec Flam3D.

Actuellement, on distingue une vingtaine de technologies différentes au sein de l’Additive Manufacturing. « Les risques diffèrent selon la technique », expliquent Jan Van Wynsberghe et Inge Van Hemeledonck. Ils suivent pour Vanbreda Risk & Benefits la montée de l’impression en 3D et les risques qu’elle engendre.

« Nous sommes convaincus que les nouveaux risques peuvent être couverts à l’aide de couvertures déjà proposées par les assureurs à l’heure actuelle. Il est toutefois primordial d’informer vos assureurs si votre entreprise se tourne vers de nouvelles techniques. Il se peut en effet qu’ils retirent leur couverture s’il s’agit de techniques expérimentales qui n’ont pas encore été suffisamment testées. Il est donc important de vous assurer que votre assureur est au fait de l’impression en 3D et des connaissances déjà acquises dans ce domaine. »

Quelles assurances vous protègent ?

L’analyse de Vanbreda Risk & Benefits révèle que plusieurs assurances sont cruciales lorsque votre entreprise utilise les techniques d’impression en 3D :

  • Assurance accidents du travail

La Fused Filament Fabrication (FFF), une imprimante synthétique, consiste à placer une matière synthétique fondue sur une plate-forme chauffée à l’aide d’une tête d’impression. Les températures élevées (quelques centaines de degrés Celsius) peuvent être la cause d’un accident du travail. Une assurance accidents du travail constitue une obligation légale qui couvrira les accidents survenus en raison de et pendant l’exercice de l’activité professionnelle.

  • Assurance incendie

Une panne technique ou une utilisation inappropriée de l’imprimante 3D génère un risque d’incendie ou d’explosion. Une assurance incendie peut être conclue à cet effet.

  • RC – entreprise

Une entreprise doit en outre impérativement souscrire une assurance RC – entreprise. En cas de livraison d’un produit défaillant ou si des tiers subissent un préjudice pendant les activités, ce dommage aux tiers sera indemnisé par l’assureur.

  • Assurance recall

Si des produits défectueux ou nocifs sont livrés et doivent être retirés du marché, il est possible d’inscrire une clause « recall » dans la police d’assurance RC. Une assurance recall couvre les frais exposés pour le rappel de produits défectueux livrés.

  • Responsabilité civile professionnelle

Dans la mesure où de nouveaux développements dans les domaine des IT seront également requis, il conviendra pour le secteur IT et d’autres prestataires de services de s’assurer contre le risque de responsabilité civile professionnelle.

Une garantie responsabilité civile professionnelle peut être prise séparément ou comme extension de l’assurance responsabilité civile. Une garantie civile professionnelle couvre la responsabilité liée à des prestations intellectuelles livrées pour le compte de tiers, sans que cela soit lié à l’exécution de travaux ou à la livraison d’un produit par les assurés. Un professionnel IT peut par exemple être couvert pour la programmation d’un logiciel déficient, ce qui évite à une entreprise d’être confrontée à des jours d’arrêt.

  • Cyberassurance

Le risque de cyberincident est par ailleurs réel, dans la mesure où le logiciel et les bases de données de concepts de produits constituent une part importante du recours à l’Additive Manufacturing. Une cyberassurance couvre aussi bien les dommages propres dus à l’arrêt du processus de production que la responsabilité civile à l’égard de tiers à la suite d’un hacking, d’un virus ou d’autres cyberincidents.

  • Assurance bris de machines

Le risque d’arrêt de la production en raison d’un dommage à une machine existe également. Il est possible de conclure une assurance bris de machines à cet effet. Cette assurance couvre les dégâts matériels à une machine ou la perte de la machine.

  • Assurance Intellectual Property (IP)

Le scanning et l’impression en 3D d’objets existants peuvent constituer une violation des droits de propriété intellectuelle. L’assurance « intellectual property » indemnise les violations de droits de propriété intellectuelle dans le cas de l’impression en 3D de biens, sans savoir qu’ils faisaient l’objet d’un brevet. La personne concernée peut alors être accusée de violation de droit de propriété intellectuelle. Elle est couverte dans un tel cas.

En savoir plus ?

L’énumération qui précède montre qu’il existe de nombreux risques dont il faut tenir compte. Vanbreda Risk & Benefits peut vous aider à offrir la protection adéquate à votre entreprise. Comme les activités diffèrent fortement d’une entreprise à l’autre, Vanbreda vous proposera volontiers une solution d’assurance sur mesure pour les activités 3D de votre entreprise.

Jan Van Wynsberghe
Inge Van Hemeledonck

Nous sommes là pour vous.

Vous avez encore des questions ? N’hésitez pas à les poser à nos experts:

Inscrivez-vous à notre newsletter.