Assurances: coût ou revenu?

Le portefeuille d'assurances d'une PME coûte rapidement plusieurs milliers d'euros. Les dirigeants d'entreprise et risk managers malins utilisent précisément les assurances pour maîtriser les coûts de fonctionnement. Mais comment maximaliser les avantages de votre police tout en tenant à l'œil le coût de votre contrat?

Les assurances ne sont pas un contrat de maintenance ni une méthode visant à compenser des pertes récurrentes ou attendues.

Mesurez vos risques

Dès que vous avez connaissance des possibles retombées négatives d’un risque spécifique, vous évaluez bien entendu l’impact sur votre entreprise, la probabilité que cette situation se produise et si cet événement peut mettre en péril la pérennité de votre entreprise.

Une gestion des risques efficace vous permet de gérer, limiter, convertir et supporter les frais des risques. Mieux vous identifierez les risques, plus apte vous serez à les anticiper. Conclure un contrat d’assurance peut être un moyen d’atteindre votre objectif, mais d’autres solutions, meilleures, s’offrent parfois à vous (par ex. prévention incendie, cybersécurité, alarmes, etc.).

Limitez vos coûts d'opportunité

Aucun produit standard n’existe dans le domaine des assurances industrielles (alors que c’est le cas par ex. des assurances auto ou des polices incendie). Les polices d’assurance complexes sont personnalisées et requièrent connaissances et expériences pour évaluer l’impact des différentes clauses et dispositions.

Si vous optez pour la solution la moins chère, vous ferez l’impasse sur nombre de risques d’entreprise. Plus vous vous concentrerez sur le prix, plus les coûts d’opportunité seront élevés. Ou, pour utiliser une expression britannique classique : « If you pay peanuts, you get monkeys ».

Voyons les choses sous cet angle: en cas de dommages d’envergure, votre CEO ne vous interrogera pas sur le coût de la police d’assurance, mais plutôt sur les dommages qu’elle couvre.

Prenez soin de vos relations avec les assureurs

En répondant aux questions de la proposition d’assurance, veillez à être aussi honnête et exhaustif que possible. La retenue volontaire d’informations ou l’évitement de questions peut donner lieu au refus de la couverture dans un dossier-sinistre voire à la nullité du contrat d’assurance.

Profitez des inspections organisées par les assureurs pour présenter votre entreprise sous son meilleur jour. Posez activement des questions et faites preuve d’implication. Meilleure sera l’impression que vous laissez, plus basse sera la prime d’assurance.

Évitez les adaptations de prime ou exclusions

Les assurances ne sont pas un contrat de maintenance ni une méthode visant à compenser des pertes récurrentes ou attendues. En souscrivant des assurances dans le but de couvrir des dommages prévisibles ou des dommages fréquents, vous serez tôt ou tard confronté à une adaptation ou à une cessation du contrat.

En raison de la crise financière et de la pression croissante émanant du législateur européen, les assureurs sont de plus en plus prudents.

Adaptez à temps vos assurances aux évolutions du marché

Dans un marché à la globalisation rapide, les assureurs peuvent être confrontés à une capacité d’assurance insuffisante. En raison de nouveaux risques, comme l’environnement, la fraude et les cyber-risques, il se peut que votre entreprise ne soit pas (entièrement) assurée.

Une gestion des assurances dynamique, dans laquelle votre portefeuille d’assurances est analysé tous les trois ans, garantit une couverture optimale, adaptée aux évolutions du marché.

Profitez de la relation à long terme avec votre courtier

Plus important encore que le prix, citons le service que vous offrent votre courtier et vos assureurs et la mesure dans laquelle ils répondent à vos besoins. En entretenant une bonne relation (à long terme) avec votre courtier et votre (vos) assureur(s), votre entreprise profitera dans de nombreux cas d’un avantage compétitif.

C’est précisément cette garantie supplémentaire ou cette limite supérieure qui distinguera votre entreprise de la concurrence. Lorsque votre entreprise pourra s’en servir pour réaliser un chiffre d’affaires nettement supérieur, votre dirigeant d’entreprise comprendra certainement l’utilité du surcoût limité de l’une ou l’autre prime d’assurance.

Jorg Hulpio

Nous sommes là pour vous.

Inscrivez-vous à notre newsletter.