Êtes-vous assuré(e) contre l'une des principales causes de faillite?

Un événement précis tel qu'un important incendie dû à un court-circuit peut rendre l'immeuble et l'équipement de votre entreprise inutilisables, ce qui peut forcer l'arrêt des activités de votre entreprise durant une longue période. Votre organisation est alors extrêmement vulnérable et vous souffrez d'importants dommages financiers: la perte d'exploitation. Dans ce cas, il est capital de disposer de l'assurance perte d'exploitation adéquate. En effet, une couverture insuffisante ou incorrecte peut créer un effet domino aboutissant à une faillite.

Évitez une faillite en prévoyant le délai d'indemnisation adéquat dans votre assurance perte d'exploitation.

Une police perte d’exploitation est essentielle, car une couverture des dommages matériels ne suffit généralement pas. Deux facteurs importants jouent un rôle dans le cadre d’une assurance perte d’exploitation:

  1. L’élément « temps »: les conséquences d’un sinistre peuvent durer quelque temps. Il s’agit de la « période d’indemnisation » ou du « délai d’indemnisation »;
  2. L’aspect financier: l’estimation de l’éventuelle perte à couvrir constitue la base du calcul du « montant annuel ». Celui-ci est également appelé « montant assuré »: il se compose de tous les frais fixes comprenant les bénéfices ou pertes nettes ou le chiffre d’affaires moins tous les frais variables.

Un montant assuré correct et une clause increase/decrease de 30% sont bien sûr importants, mais le délai d’indemnisation doit surtout être suffisamment long.

Concrètement, on constate de plus en plus souvent que ce délai d’indemnisation est trop court, ce qui crée des ennuis pourtant évitables.

Après un sinistre grave, combien de temps faudra-t-il à mon entreprise pour tourner à nouveau aussi bien qu’auparavant?

Le preneur d’assurance et le courtier cherchent ensemble la réponse à cette question et déterminent conjointement le délai d’indemnisation adéquat.

Les dommages subis par une entreprise sont largement définis par la période au cours de laquelle la production est à l’arrêt, c’est-à-dire la période de récupération.

On suppose souvent que l’entreprise tournera à nouveau à plein régime après la reconstruction des bâtiments et dès que le matériel de production aura été réparé. Malheureusement, rien n’est moins vrai. Cela prend beaucoup plus de temps pour regagner des clients et redorer son blason.

Nous avons cherché pour vous les facteurs qui jouent un rôle dans la détermination du délai d’indemnisation adéquat.

Le délai d’indemnisation de mon assurance perte d’exploitation est-il suffisant pour mon entreprise?

Le délai d’indemnisation est la période au cours de laquelle l’entreprise qui subit un sinistre reçoit une indemnisation de l’assureur, afin de compenser les conséquences du sinistre. Cette période d’indemnisation débute le jour du sinistre et est limitée à la durée maximale définie dans le contrat. La période assurée s’élève généralement à 12, 18 ou 24 mois. En pratique, nous constatons principalement un délai de 12 mois dans les polices d’assurance.

C’est justement là que le bât blesse : pour de nombreux sinistres, un délai d’indemnisation de 12 mois s’avère bien trop court.

Afin de profiter d’une couverture optimale, il est crucial d’évaluer au mieux la période assurée.

Comment puis-je définir la durée idéale du délai d’indemnisation pour mon entreprise?

Afin d’obtenir un bon aperçu, il importe de répertorier ensemble les processus et lignes de production critiques.

Pour les bâtiments:
• le délai pour les constatations et l’organisation de l’expertise;
• le délai pour la démolition et la reconstruction;
• les délais nécessaires à l’obtention des permis de bâtir et d’exploitation;
• le délai de résiliation de l’éventuel bail;
• le temps requis pour d’autres procédures administratives.

Pour l’équipement et les installations:
• les délais de réparation ; les délais de remplacement, d’installation et de tests;
• les délais de transport, les problèmes d’exportation ou d’importation, les problèmes de douane;
• le temps requis pour la reconstitution des plans, croquis, archives, modèles et supports d’informations, …

Pour les matières premières et les biens:
• les délais de reconstitution des stocks selon leur nature ou l’origine des produits utilisés;
• les difficultés au niveau du transport et de l’acheminement;
• les difficultés de stockage.

Pour la perte de parts de marché et de clients:
• les délais pour regagner des client;
• les alternatives éventuelles (internes ou externes).

Pour les alternatives:
vous devrez examiner quelles possibilités existent pour poursuivre entièrement ou partiellement les processus après un sinistre. Vous pouvez notamment passer des accords concernant des alternatives avec des entreprises du même secteur ou transférer (partiellement) la production dans un établissement proche.
Il ne s’agit toutefois pas d’une solution idéale: commencer les activités ailleurs entraîne généralement un montant important de frais supplémentaires, des marges brutes inférieures et une perte de parts de marché. Vous devez également en tenir compte lorsque vous évaluez le délai d’indemnisation.

Le diable est dans les détails

Ne sous-estimez pas l’importance de choses qui semblent, à première vue, secondaires. Pensez par exemple à l’évacuation des gravats à l’endroit du sinistre pour pouvoir reconstruire: le désamiantage peut entraîner un retard de plusieurs semaines comparé à une situation « normale ».

Seule une assurance perte d’exploitation qui correspond entièrement à la situation de votre entreprise lui donne l’opportunité de survivre à une énorme calamité. Si le montant assuré est trop bas et/ou le délai d’indemnisation trop court, on parle de sous-couverture.

La réalité change constamment. Il importe dès lors de revoir  régulièrement, idéalement chaque année, le délai d’indemnisation et le montant assuré de votre entreprise. Si vous ne le faites pas, vous risquez d’être confronté(e) à une mauvaise surprise lors du prochain sinistre.

Lors de l’examen annuel de votre police, nous vous conseillons de vous baser sur le « pire scénario ». Tenez compte de la démolition, des plans, des permis, du délai de construction réel, de l’aménagement de l’entreprise, de la mise en service, de la constitution des stocks, etc. et n’oubliez surtout pas la période qui suit, au cours de laquelle vous devrez retrouver votre chiffre d’affaires. Donnez la priorité à la durée du délai plutôt que de tenter de réaliser des économies sur les primes. Un malheur est si vite arrivé!

Nous sommes là pour vous.

Vous souhaitez que nous calculions ensemble le délai d’indemnisation adapté à votre entreprise? Que nous nous concertions à ce sujet? N’hésitez pas à nous contacter!

Inscrivez-vous à notre newsletter.