Le Corporate Loss Prevention Manual: toute la prévention des incendies dans un seul document

Dans les entreprises ayant plusieurs établissements – qui peuvent aussi se trouver dans différents pays – il n'y a parfois guère d'uniformité dans l'approche de la prévention des incendies. Vanbreda peut aider ces entreprises à cet égard en utilisant un nouvel outil : le Corporate Loss Prevention Manual. De quoi s'agit-il exactement et quels avantages cela apporte-t-il ? Christophe D'haeyere, Product Manager & Risk Consultant, explique.

Website foto

Un Corporate Loss Prevention Manual (CLPM) est un document qui sert de fil conducteur à une entreprise pour développer une politique de prévention des incendies au niveau de l’entreprise. « Nous avons beaucoup de clients qui ont différents sites d’exploitation, souvent dans plusieurs pays », explique Christophe D’haeyere. « Certains sites sont inclus dans le groupe après un rachat, par exemple, et on constate alors souvent qu’il y a un amalgame de mesures de prévention des incendies au niveau du groupe. Certains sites sont très consciencieux à ce sujet, d’autres sont moins stricts. Avec un CLPM, nous examinons tous les sites et fixons les normes minimales que chacun doit respecter. »

Trois avantages

Une telle approche présente trois avantages majeurs, selon Christophe D’haeyere. « Les assureurs souscrivent généralement des polices incendie au niveau du groupe. Ils déterminent donc aussi la prime de manière globale. Si une entreprise possède dix sites de production et que certains d’entre eux sont clairement en dessous de la norme, ces primes ou conditions peuvent être déterminantes, même si les autres sites sont parfaitement en ordre. Cela peut avoir un impact important sur la totalité du package d’assurance. Outre l’argument financier, il est également important pour le client de garantir autant que possible la continuité de ses activités. Il y a souvent des livraisons entre les sites. La perte d’un maillon de la chaîne menace la continuité de l’ensemble de l’entreprise. Enfin, le troisième avantage est que le CLPM et le tableau de bord associé permettent d’évaluer clairement au niveau du groupe où des investissements ciblés sont nécessaires. »

Détecter les points névralgiques

La première étape d’un CLPM consiste à identifier où se trouvent les problèmes critiques ou les points névralgiques sur les différents sites. « Souvent, en tant que courtier, et éventuellement avec la compagnie d’assurances, nous visitons les sites et les soumettons à un audit approfondi », explique Christophe D’haeyere. « Le résultat final des audits est une synthèse des points d’attention et d’action répartis en plusieurs catégories telles que la politique de prévention, les mesures de protection (par exemple, détection de fumée, sprinklers…) et l’aspect humain (formation, ordre et propreté…). »

Exigences minimales pour tous les sites

En concertation avec le client, ce document constitue un manuel personnalisé permettant de convenir d’un ensemble d’exigences minimales applicables à toute l’entreprise. « Bien entendu, les différents sites peuvent aspirer à faire mieux que les exigences minimales fixées », souligne Christophe D’haeyere. « Lorsque tout le monde est au même niveau en matière de prévention, le CLPM est également un fil conducteur pour encore améliorer davantage les normes au niveau du groupe ; ce n’est pas une donnée unique et statique. Il est également très important d’impliquer tous les sites dans la rédaction du CLPM afin de créer un soutien suffisant. »

Le travail sur mesure prend du temps

Lors de l’élaboration d’un CLPM, une entreprise ne doit pas se lancer à la légère. « Définir les normes, visiter les sites, rédiger le manuel, communiquer les directives à toutes les parties prenantes, évaluer les actions entreprises et fournir un retour d’information à tous les sites… Cela prend du temps. Cela dépend aussi beaucoup du type d’entreprise : quelles sont ses activités ? Combien de sites l’entreprise possède-t-elle et quelle est leur taille ? En tout cas, chaque document est fait sur mesure, il n’y a pas deux entreprises vraiment identiques. »

Basculement sur le marché des assurances

Jusqu’à il y a quelques années, les entreprises pouvaient faire un choix parmi les assureurs qui leur offraient les meilleures conditions. Toutefois, dans la situation actuelle du marché, ce sont les compagnies d’assurances qui décident si elles veulent encore assurer certaines entreprises et à quelles conditions. De ce point de vue, le CLPM peut être un argument supplémentaire pour convaincre les compagnies d’assurances et optimiser les conditions de la police.

Prestation de services Vanbreda Risk & Benefits

« C’est aussi la valeur ajoutée d’un partenaire tel que Vanbreda », déclare Christophe D’haeyere. « Nous connaissons nos clients et sommes proches d’eux. En élaborant un tel manuel, nous répondons aux attentes des compagnies d’assurances sans perdre de vue les besoins et la réalité quotidienne du client. C’est ainsi que nous protégeons l’assurabilité de nos clients, aujourd’hui et à l’avenir, et que nous contribuons à assurer la continuité de leurs activités. »

En savoir plus?

Vanbreda 4674 683x1024 1 150x150
Christophe D’haeyere
Product Manager & Risk Consultant

Mes­sages liés

YTF00464

Les tra­vaux d’infrastructure requièrent une poli­tique d’assurance moderne : quatre trans­for­ma­tions pour atta­quer l’avenir

Construction & immobilier
18.02.2024

Le secteur des assurances est en constante évolution et pose désormais les jalons d’un service encore plus complet pour les entreprises de la construction. Peter Anckaert, Senior Broker chez Vanbreda Risk & Benefits, énumère quatre transformations importantes.

En savoir plus
En savoir plus sur Les travaux d’infrastructure requièrent une politique d’assurance moderne : quatre transformations pour attaquer l’avenir
MAMF01674

Dura­bi­li­té et tech­no­lo­gie : de nou­veaux mots-clés pour les assu­rances en matière de tra­vaux d’infrastructure

Construction & immobilier
30.01.2024

Dans le cadre de travaux d'infrastructure aussi, l'intérêt pour la durabilité augmente à vue d'œil. Tant les entreprises de construction que le secteur des assurances doivent suivre les derniers développements technologiques et adopter une vision à long terme, selon Peter Anckaert, Senior Broker chez Vanbreda Risk & Benefits. « Chaque acteur du secteur de la construction trouvera chez nous des solutions d’assurance qui évoluent en fonction de sa vision et de ses besoins. »

En savoir plus
En savoir plus sur Durabilité et technologie : de nouveaux mots-clés pour les assurances en matière de travaux d’infrastructure
Eli youtube snippet

Pod­cast video: Sec­teur de la construction

Podcast vidéo
31.08.2023

Le secteur de la construction est en constante évolution. La plupart des projets de construction et des travaux d'infrastructure ne sont pas seulement de plus grande envergure, les risques liés à la construction deviennent également plus complexes. Une bonne collaboration est donc d’autant plus importante. Avec autant de parties impliquées, il est parfois difficile d'établir les responsabilités de chacun. Dans ce nouvel épisode du podcast vidéo « Succes Verzekerd », notre collègue Eli Hemelaer nous parle des évolutions et des défis dans le secteur de la construction. En tant qu'expert en assurance des risques chantier, il préconise une approche intégrée de l'assurance qui garantit une transparence maximale pour chaque acteur de la construction.

En savoir plus
En savoir plus sur Podcast video: Secteur de la construction
Vanbreda 4674 683x1024 1 150x150

Plus d’in­for­ma­tions ?

Vous souhaitez obtenir de plus amples informations sur le Corporate Loss Prevention Manual ? Contactez Christophe D’haeyere.